La loi d'Ohm (suite 2) - Le site de Jacques Tredez FE1247

Pas de texte 18
Pas de texte 11
Pas de texte 16
Pas de texte 06
Pas de texte 09
Pas de texte 01
Pas de texte 03
Pas de texte 08
Pas de texte 05
Pas de texte 14
Pas de texte 13
Pas de texte 12
Pas de texte 10
Pas de texte 04
Pas de texte 26
Pas de texte 07
Pas de texte 21
Pas de texte 50
Pas de texte 50
Pas de texte 50
Pas de texte 24
Pas de texte 02
Pas de texte 06
Pas de texte 15
Pas de texte 17
Pas de texte 19
Pas de texte 23
Pas de texte 25
Aller au contenu
Aujourd'hui, nous somme le
Osciloscope
Barregrahe
Boussole
Electron
Montre réveille
Le site de Jacques Tredez
Indicatif FE1247

La loi d'Ohm (suite 2)

L'électronique > Documentations divers > La loi d'Ohm
Les formules de la loi d'Ohm sont équivalentes à savoir : U = R x I ou V = R x I.
LA LOI D'OHM   ( suite 2 )

NOTE : Les formules de la loi d'Ohm sont équivalentes à savoir : U = R x I ou V = R x I.
Nous observons donc que des trois grandeurs électriques considérées dans notre circuit la seule qui n'ai pas variée est la résistance puisque nous avons toujours conservé le même composant. Nous pouvons penser que cette grandeur constante est égale au résultat, lui-même constant, de la division de la tension par l'intensité du courant..
OHM constata cette réalité et énonça sa loi de la manière suivante :
La résistance s'obtient en divisant la tension par le courant.. Mais pour faire varier le courant qui circule dans le circuit, nous pouvons faire varier la résistance au lieu de la tension : en effet, comme la résistance est un obstacle à la circulation du courant, si on l'augmente on doit diminuer le courant, car il rencontre un obstacle plus grand.
Nous pouvons facilement vérifier ce fait, en conservant ou en prenant une pile, et en remplaçant la résistance par d'autres composants qui ont une résistance de plus en plus grande :
on mesure l'intensité du courant dans chaque cas, et on peut constater que si la résistance augmente, le courant diminue.
Si ensuite nous multiplions la valeur résistive de chaque résistance par le courant qui la traverse, nous trouvons toujours la même valeur bien que résistance et courant varient.
Dans ce cas, des trois grandeurs électriques, seule la tension demeure constante car la même pile est utilisée. Nous pouvons donc penser que la valeur trouvée en multipliant la résistance par l'intensité du courant qui la traverse est la valeur de la tension de la pile.
Là aussi, OHM constata cet état de fait et put énoncer sa loi de cette deuxième façon :
On obtient la tension en multipliant la résistance par l'intensité du courant.
A ce point, nous pouvons observer que pour faire varier le courant, nous avons d'abord fait varier tension et résistance séparément. Voyons maintenant ce qui se passe si la tension et la résistance varient simultanément et dans les mêmes proportions.De cette manière, si l'on divise la tension par la résistance, on trouve toujours la même valeur. D'autre part, si l'on mesure le courant qui circule dans le circuit pour chaque cas, nous nous apercevons qu'il conserve toujours la même valeur : nous pouvons donc penser que la valeur trouvée en divisant la tension par la résistance est justement celle de l'intensité du courant.Dans ce cas encore, OHM aboutit à cette conclusion, ce qui lui fit énoncer sa loi d'une troisième façon:
On obtient l'intensité du courant en divisant la tension par la résistance.
Vous ne devez pas penser qu'il y a trois lois d'Ohm : la loi d'Ohm est unique, mais comme elle lie entre elles trois grandeurs électriques (tension, intensité du courant et résistance) elle peut se présenter sous trois formes différentes, selon la grandeur que l'on fait dépendre des autres.
La loi d'Ohm permet donc de calculer l'une des trois grandeurs en connaissant les deux autres. Pour bien vous rendre compte de ceci, regardez la figure 2 sur laquelle sont représentés les trois cas dans lesquels la loi d'Ohm peut être utilisée sous ses trois formes différentes. (la loi d'Ohm sera démontrée en détail dans la page intitulée "Mathématique").

Retourner au contenu